Omar Ben Hafsún

Qui était Omar Ben Hafsún? Omar Ben Hafsún était un chef rebelle de la dernière période de l’émirat andalou qui a duré de 756  à 929. Muladí, un descendant de la noblesse hispanique-goda qui s’est converti à l’islam pour jouir  des mêmes droits que les musulmans. Plus tard, il s’installe dans la forteresse de Bobastro et  parvient à mettre en échec plusieurs émirs omeyyades (émir: noble et chef du monde islamique),  en établissant un pouvoir quasi indépendant qui englobe les provinces actuelles de Malaga et de  Grenade. Finalement, il se convertit au christianisme, c’est pourquoi l’historiographie espagnole du  XIXe siècle l’élève au rang de héros.

Monument de Omar Ben Hafsun à Parauta
Monument de Omar Ben Hafsun à Parauta

Vie de Ben Hafsún 

Omar Ben Hafsún était l’un des chefs rebelles les plus importants d’Al-Ándalus, qui se sont rebellés  contre le pouvoir des émirs de Cordoue entre les années 878 et 918. Il est né vers 846/850, à Torrecilla, dans la municipalité actuelle de Parauta (Malaga). Appartenant à une famille Muladi (chrétiens convertis à l’islam) d’origine  hispanique-goda qui vivait dans la Serranía de Ronda. 

Comment est-il devenu un rebelle et seigneur de Bobastro? 

Ses débuts en tant que fugitif n’ont pas grand-chose à voir avec ce qu’il deviendra plus tard.  L’incident était le meurtre d’un berger berbère qui volait du bétail à son grand-père, pour lequel il a  été contraint de fuir et de se réfugier à Bobastro, dans l’actuelle commune d’Ardales, au nord de la  province de Malaga. À partir de ce moment, en 878, il a rejoint un groupe d’autres fugitifs et ils ont  commencé à voler dans toute la région jusqu’à ce qu’il soit capturé et fouetté. A partir de ce  moment, il décide de fuir vers l’Afrique du Nord, dans l’actuelle Algérie, pour revenir en Al-Andalus  en 880, profitant de la période de révoltes généralisées dans l’émirat. 

Avec le soutien de son oncle Muhadir, il obtient un groupe de partisans mécontents de la politique  de l’émirat omeyyade, parmi lesquels: les mozarabs, les muladis et même les berbères. L’une de ses  premières mesures fut d’améliorer les défenses de Bobastro, jusqu’à ce qu’il devienne une grande  forteresse imprenable. 

En 883, il subit sa première défaite aux mains de l’émir Muhammad I, qui vint lui pardonner et lui  demanda de faire partie de ses armées et de sa garde personnelle, participant même à certaines  batailles. Cependant, il va se révéler à nouveau et étendre ses territoires, conquérir les forteresses  de Comares et Mijas. 

L’émir Al-Múndir, fils de Muhammad I, parvient à s’emparer de certains territoires de lui et parvient  à encercler Bobastro, obligeant Ben Hafsún à signer une amnistie en échange de sa reddition, mais  il finit par rompre le pacte et revenir au combat. 

Il s’est également heurté à l’émir Abdallah I, le frère d’Al-Múndir. Au cours de cette étape, les  dominions d’Omar Ben Hafsún ont atteint leur extension maximale, qui coïncidait avec les  provinces actuelles de Malaga et de Grenade, de sorte que cet émir doit le reconnaître comme le  gouverneur officiel de sa domination, en signe de faiblesse de l’émirat, qu´il est également visible  dans les nombreuses rébellions et luttes internes. 

Ben Hafsún a profité de ce chaos pour établir des relations avec d’autres groupes rebelles internes  et avec des puissances extérieures comme les Aghlabis et plus tard avec les califes fatimides  d’Afrique du Nord et avec le royaume septentrional des Asturies.

Ben Hafsun s’est-il converti au christianisme? 

En 899, Ben Hafsún se convertit au christianisme et adopte le nom chrétien de Samuel, installant un  évêque à Bobastro et construisant une église dont on peut encore voir les ruines. Les raisons de sa conversion au christianisme sont inconnues, il est vrai que cette conversion lui a  fait perdre le soutien des nombreux rebelles musulmans qui l’ont soutenu. Malgré cela, il a essayé  d’approcher le roi Alphonse III des Asturies, afin que ses domaines soient reconnus par lui. L’historiographie espagnole du XIXe siècle accordera une grande importance à sa conversion au  christianisme, puisqu’elle le considérera comme un défenseur du catholicisme et de la tradition  hispanique-goda, contre le pouvoir de l’envahisseur musulman. Sa fille, Santa Argentea, sera  reconnue par l’Église catholique comme une martyre. 

Información Omar Ben Hafsun ParautaAffiche de Omar Ben Hafsun à Parauta

Le déclin et la mort d’Omar Ben Hafsún 

Comment s’est passé le déclin et la mort d’Omar Ben Hafsún? 

L’émir Abdallah I l’a battu le 16 mai 891, près de l’actuelle municipalité d’Aguilar de la Frontera  (Córdoba). À partir de ce moment, sa domination et son influence ont commencé un lent déclin.  Même ainsi, il a continué son combat jusqu’à sa mort à Bobastro en 918. 

Que s’est-il passé après sa mort? 

Ses fils réussirent à prolonger la rébellion et à résister pendant encore dix ans, jusqu’en 928,  lorsque les troupes de l’émir Abderramán III réussirent à prendre Bobastro et à réprimer  fermement les vaincus et tous les partisans d’Hafsún. 

Dans cette même année de 928, le même Abderramán III arrive à Bobastro et ordonne de détruire  toute la forteresse, ainsi que l’église et la mosquée, en outre, ordonne de déterrer les corps d’Omar  Ben Hafsún et de ses enfants, enterrés sous le rite chrétien, et emmenez-les à Cordoba, afin que  leurs cadavres soient accrochés sur des croix comme punition exemplaire pour la rébellion et pour  l’apostasie de la religion musulmane. 

Un an plus tard, en 929, Abderramán III fut proclamé calife, commençant ainsi la plus grande étape  de splendeur d’Al Ándalus, le califat Omeya de Cordoba (929-1031).

One Reply to “Omar Ben Hafsún”

Comments are closed.